Les causes de la malnutrition au Sénégal et en Mauritanie identifiées par une étude

  • Source: : Apanews | Le 29 mars, 2017 à 16:03:34 | Lu 12443 fois | 5 Commentaires
content_image

Les causes de la malnutrition au Sénégal et en Mauritanie identifiées par une étude

La gestion figée des ressources hydriques et l'insuffisance des revenus des ménages, figurent parmi les causes de la malnutrition au Sénégal et en Mauritanie, révèle une étude sur l'"Analyse causale de la sous-nutrition, Link NCA (Nutrition Causal Analysis) ”- dans la zone Transfrontalière Sénégal (région de Matam) -Mauritanie (région de Gorgol)", présentée, mercredi à Dakar.

Menée durant une période de huit mois sous l'égide de l'Ong Action contre la faim (Acf), cette étude met en exergue 24 facteurs de risques causant la malnutrition dans les zones étudiées et où le taux de malnutrition aiguë dépasse les 10%.

"Parmi ces facteurs, il y a l'insuffisance de la diversité alimentaire, l’insuffisance de revenus et d’activités génératrices de revenus (l'essentiel des revenus tirés de l'agriculture), la faible productivité et valorisation agricole, pastorale et halieutique (la production y est insuffisante)", a expliqué Dr Emilie Buttareli, experte analyste Nca, qui a mené l'étude.

Selon elle, la gestion figée des ressources hydriques et foncières qui freinent le développement de l'agriculture irriguée et la gestion conflictuelle des ressources pastorales/foncières et hydrique/halieutique font aussi partie des causes de la malnutrition dans 767 villages mauritaniens et 729 du Sénégal.

Les stratégies des ménages et des collectivités locales sont peu adaptées pour faire face à la répétition des chocs, l'exode rural et la migration, la consommation alimentaire pour les femmes enceintes et les enfants est influencée par des pratiques et/ou croyances socio-culturelles sont également mises en cause.

L'étude a permis de déceler une baisse des rendements de la pêche, de l'agriculture et de l'élevage et de voir que les marchés ne sont pas suffisamment approvisionnés.

"Ce qui pousse les ménages à développer des stratégies de survie consistant à réduire le nombre/ou quantité des repas, migration saisonnière ou définitive, endettement...", a indiqué Dr Emilie.

Commentant ces résultats, Fabrice Carbonne, directeur pays d'Action contre la faim au Sénégal a affirmé que le document a permis de constater des idées reçues sur la malnutrition que beaucoup expliquent par la baisse des rendements agricoles.

A son avis, il ne suffit pas seulement de booster la production agricole pour éradiquer la malnutrition, mais il faut plutôt agir sur d'autres facteurs dont l'accès à l'eau, au système de santé...

Il faut aussi travailler sur les habitudes alimentaires des populations, ajoute-t-il.

Ce qui fait dire à Mamadou Diop, directeur régional d'Action contre la faim qu'il est important aujourd'hui de mettre en place une approche concertée, multisectorielle qui va au-delà des frontières si on veut venir à bout de la malnutrition.

L’atelier réunit entre 30 et 35 participants essentiellement des expert(e)s nationaux dans les principaux domaines techniques du schéma causal de l’UNICEF (nutrition, santé, pratiques de soins, sécurité alimentaire, eau et assainissement), d'organismes gouvernementaux (Ministère de la Santé, Direction de l’Agriculture, de l’Hydraulique, …), et différents types d’organisations travaillant avec la population cible dans les domaines relatifs aux organisations opérationnelles (ONG locales, ONG internationales).

Au cours de cet atelier, les résultats des évaluations préliminaires de l’analyste NCA seront présentés ; les partenaires et les expert(e)s assigneront une note de confiance à l’évaluation de chaque facteur de risque sur la base de la solidité perçue des informations rassemblées pour chaque facteur de risque et le nombre de mécanismes à travers lesquels ce facteur fait sentir ses effets.

Les objectifs de l’atelier final sont de synthétiser la grande quantité de données recueillies et analysées jusqu’à ce stade, de dégager un consensus technique sur les conclusions afin de favoriser l’adhésion des parties prenantes nécessaire à la concrétisation des ambitions en matière de nutrition.

La rencontre a aussi comme objectif de réexaminer les résultats de l’étude Link NCA et approfondir les mécanismes de la sous-nutrition dans le contexte de l’étude, et de valider l’évaluation de chaque facteur en demandant aux parties prenantes d’attribuer une note de confiance.


Auteur: Apanews - Apanews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (4)


Anonyme En Mars, 2017 (16:46 PM) 0 FansN°: 1
Réunissez les populations du fleuve ,il est temps  :bip-bip:  :bindeu: 
Anonyme En Mars, 2017 (16:47 PM) 0 FansN°: 2
fi ngua khamni oncreve la dal
Anonyme En Mars, 2017 (20:12 PM) 0 FansN°: 3
On mange tellement mal au Sénégal.... produits de mauvaise qualité, mal cultivé, mal récolté, mal stocké, mal cuisiné....toujours baignant dans l'huile. Riz le matin....riz a midi...riz le soir....aucune culture culinaire...ou si peu....mais de l'huile de l'huile encore de l'huile  :frustre:  :frustre:  :frustre: 
Anonyme En Septembre, 2017 (20:42 PM) 0 FansN°: 4

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com