Après les déconvenues, le temps des explications au FN

  • Source: : Reuters | Le 19 juin, 2017 à 12:06:40 | Lu 3114 fois | 1 Commentaires
content_image

Marine LePen

Le Front national, qui a évité le pire aux législatives en faisant élire huit députés, entame désormais une phase délicate, celle de la "refondation" promise par Marine Le Pen pour tirer les leçons de ses récentes déconvenues électorales. Les déceptions de la présidentielle et du premier tour des législatives ainsi que le débat de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron, unanimement jugé raté au sein du FN, et les initiatives de son conseiller Florian Philippot ont déjà suscité des discussions parfois houleuses entre cadres intermédiaires.

"Je vous avoue que j'ai été agacée, je ne vous le cache pas, par ces petites prises de bec", a déploré lundi la présidente du parti d'extrême droite lors d'une conférence de presse à Hénin-Beaumont, au coeur de la circonscription du Pas-de-Calais où elle a remporté le second tour des législatives. "J'ai trouvé que ce n'était ni le moment, ni le lieu, sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire publiquement, de le faire en pleine campagne législative", a poursuivi Marine Le Pen.

Les querelles opposent principalement les partisans de Florian Philippot à leurs opposants, sur fond de luttes d'influence en interne et de divergences sur le programme économique et la ligne politique au sens large. Le vice-président a lui-même essuyé une défaite sèche en Moselle face à un candidat de La République en marche, avec 43,04%, tout comme ses soutiens les plus fidèles - Sophie Montel dans le Doubs (38,36%), Kévin Pfeffer également en Moselle (43,76%) ou son frère Damien Philippot dans l'Aisne (43,78%).

En revanche, les tenants d'un FN ancré à droite, Louis Aliot, Gilbert Collard ou Emmanuelle Ménard (tous deux apparentés), élus dans le Sud, ont obtenu leur ticket d'entrée à l'Assemblée.

"AVEC COURTOISIE ET CAMARADERIE"

Les uns et les autres auront plusieurs occasions de s'expliquer dans les jours et les mois à venir. Les dirigeants du FN doivent se retrouver mardi pour un bureau politique, auquel aimerait par ailleurs s'inviter l'ex-président Jean-Marie Le Pen, toujours considéré comme indésirable par sa fille. L'ex-candidate à la présidentielle a annoncé lundi la tenue, peut-être à la fin du mois de juillet, d'un rendez-vous sous une forme encore à définir, durant lequel doivent être examinés les forces et les faiblesses du parti.

"Je ne sais pas quelle forme ça prendra, peut-être un séminaire avec des réunions de réflexion sur toute une série de sujets. Nous devons nous poser la question de ce qui a bien marché, car il y a des choses qui ont très bien marché, de ce qui a moins bien marché", a-t-elle dit à Hénin-Beaumont. "Je souhaite que ce débat se fasse avec la courtoisie et la camaraderie qui est obligatoire dans un mouvement politique", a-t-elle ajouté, comme une mise en garde à ses troupes.

Dernier acte théorique du cycle de "refondation", le prochain congrès annoncé pour le début de l'année 2018 doit permettre aux adhérents de trancher les sujets les plus brûlants. Les responsables frontistes se disent tous d'accord sur la nécessité de revoir le fonctionnement du parti, sans avoir cependant les mêmes idées en tête, les uns défendant un souverainisme strict anti-euro, les autres une union des droites et/ou un aggiornamento sur la question monétaire.

Dimanche, Gilbert Collard, réélu de justesse dans le Gard, a fait comprendre qu'il entendait exprimer son point de vue sans prendre de gants et promis qu'il poserait des "questions". "Nous ne devons pas crier victoire parce que le FN a quand même pris un sacré coup dans la tête", a-t-il dit à la presse. "Il va falloir maintenant réfléchir très sérieusement au fonctionnement du mouvement et à la manière dont on doit s'organiser." A l'origine, le parti s'était donné pour objectif d'arriver au pouvoir ou, à défaut, d'obtenir de nombreux de sièges à l'Assemblée nationale - au moins 15 pour pouvoir former un groupe parlementaire.

(Simon Carraud avec Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse)


Auteur: Reuters - Reuters






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (1)


Khatior-bi En Juin, 2017 (16:06 PM) 0 FansN°: 1
Pourquoi devons nous toujours parler d'elle ?

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com