Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Naufrage du Costa Concordia: le bilan porté à 5 morts

Posté par: Hamady diop| Dimanche 15 janvier, 2012 21:40  | Consulté 2993 fois  |  0 Réactions  |   
Naufrage du Costa Concordia: le bilan porté à 5 morts ILE DU GIGLIO (Italie) (AFP) - 15.01.2012 20:25

Deux corps ont été trouvés dimanche dans l'épave du Costa Concordia près de l'île italienne du Giglio, portant à cinq morts le bilan du naufrage de ce navire de croisière, dont le capitaine fait l'objet de témoignages de plus en plus accablants.

voir le zoom : Le Costa Concordia, échoué près de l'île toscane du Giglio, le 15 janvier 2011Le Costa Concordia, échoué près de l'île toscane du Giglio, le 15 janvier 2011 voir le zoom : Le commandant du Costa Concordia, Francesco Schettino, escorté par un policier à Grosseto, le 14 janvier 2012Le commandant du Costa Concordia, Francesco Schettino, escorté par un policier à Grosseto, le 14 janvier 2012 voir le zoom : Descriptif du navire, fleuron de l'armateur Costa, qui s'est échoué vendredi soir près de la côte toscaneDescriptif du navire, fleuron de l'armateur Costa, qui s'est échoué vendredi soir près de la côte toscane voir le zoom : Des rescapés français du Costa Concordia à leur arrivée le 14 janvier 2012 à MarseilleDes rescapés français du Costa Concordia à leur arrivée le 14 janvier 2012 à Marseille

Deux corps ont été trouvés dimanche dans l'épave du Costa Concordia près de l'île italienne du Giglio, portant à cinq morts le bilan du naufrage de ce navire de croisière, dont le capitaine fait l'objet de témoignages de plus en plus accablants.Lire le dossier

Les plongeurs ont découvert les corps de deux hommes âgés, vêtus de leurs gilets de sauvetage, devant les cuisines d'un des restaurants, dans une partie immergée à l'arrière du navire, a-t-on appris auprès des garde-côtes. Il s'agit d'un Italien et d'un Espagnol.

Cette découverte porte le bilan de cette "croisière de la mort", un siècle après la tragédie du Titanic, à cinq morts, une soixantaine de blessés et une quinzaine de disparus. Les trois premiers morts recensés étaient deux passagers français et un membre d'équipage péruvien.

Alors que la nuit était tombée sur l'île du Giglio (Toscane, ouest de l'Italie), les recherches se poursuivaient dans l'épave du navire de la société italienne Costa, leader européen des croisières, semi-immergée à une trentaine de mètres du rivage, après le sauvetage miraculeux de trois personnes.

Mais les sauveteurs avaient assez peu d'espoirs de retrouver des survivants.

Confiant à l'AFP sa "grande tristesse" et sa "résignation", Angelo Scarpa, plongeur de 24 ans qui a trouvé les deux cadavres, a dit avoir "peur qu'on puisse en trouver d'autres".

M. Scarpa a indiqué qu'avec ses collègues ils allaient se concentrer sur la zone du restaurant où "il pourrait y avoir d'autres corps", car "les gens étaient en train de manger au moment de l'accident" vendredi soir.

Le responsable des pompiers, Cosimo Pulito, a jugé "difficile qu'il y ait des poches d'air" ayant permis la survie d'occupants de la partie submergée du navire.

Les recherches sont rendues en outre difficiles par la très forte inclinaison du paquebot couché sur un flanc à 90 degrés et qui risque de glisser et couler totalement. Toute une série d'obstacles bloquent le passage des plongeurs: portes fermées, escaliers brisés et éléments d'ameublement entassés.

Les autorités craignent par ailleurs que le carburant du navire ne se déverse dans la mer.

Les premiers éléments de l'enquête et de nombreux témoignages accablent le commandant, incarcéré samedi pour homicide multiple et abandon de navire.

"La route suivie par le navire n'était pas la bonne", a indiqué le procureur de Grosseto, Francesco Verusio, en charge de l'enquête. Le commandant "s'est approché de manière très maladroite de l'île du Giglio, a heurté un rocher qui s'est encastré dans le flanc gauche, faisant s'incliner (le navire) et embarquer énormément d'eau en l'espace de deux, trois minutes", a-t-il ajouté.

"C'est une grosse erreur humaine qui a eu des conséquences dramatiques", a dénoncé le ministre de la Défense, l'amiral Giampaolo Di Paola.

D'après les premiers éléments tirés de la boîte noire, le navire était à "seulement 150 mètres du rivage, une distance incroyablement proche", a encore dit le procureur.

Selon certains, il effectuait une sorte de parade surnommé l'"inchino" (la révérence), toutes lumières allumées et à grand renfort de sirènes pour saluer les 800 habitants du Giglio, ce que tente de confirmer la justice.

Le magistrat a également mis en cause la gestion de l'accident par l'équipage. Selon lui, l'alerte a été lancée une heure après l'impact. Selon certains témoignages, le commandement du navire aurait répondu à la capitainerie du port, alertée par des passagers, que la situation était sous contrôle et qu'il s'agissait d'un simple problème électrique.

Elément encore aggravant, les garde-côtes ont demandé à plusieurs reprises -et en vain- au commandant de remonter à bord du navire pendant les opérations de secours. Le commandant "était déjà, un peu après minuit, sur les rives de Giglio" alors que les derniers passagers ont été évacués vers 05H00 GMT, selon les pompiers.

La police financière a même été sollicitée par le bateau pour le remorquer avec une de ses vedettes... "Mais c'était comme demander à une fourmi de déplacer un éléphant", soupirait dimanche un représentant de la police.

Le président de la région Toscane Enrico Rossi avait annoncé en fin de matinée, après des "recoupements", que le nombre d'occupants portés disparus, jusque là estimé à 35 personnes environ, était divisé par deux.

Après un couple de jeunes mariés sud-coréens extraits de leur cabine dans la nuit de samedi à dimanche, un troisième rescapé, le commissaire de bord Marrico Giampietroni, a pu être extrait du navire dimanche matin après avoir passé 36 heures dans l'épave.

Il a une jambe cassée mais "il est sauvé", a indiqué à l'AFP un responsable de la capitainerie du port de Santo Stefano, situé en face du Giglio.

Au moment du naufrage, vendredi soir vers 21H30 (20H30 GMT), le navire transportait quelque 4.229 personnes dont plus de 3.200 touristes de 60 nationalités différentes et un millier de membres d'équipage.

Selon Costa Croisières, les membres d'équipage étaient de 40 nationalités différentes dont de nombreux Asiatiques (environ 300 Philippins, 200 Indiens, 170 Indonésiens).

De nombreux témoins ont décrit des "scènes d'apocalypse" et de "panique" avec des bousculades entre touristes cherchant à monter sur les chaloupes, au milieu des cris et des pleurs.

"Dans un couloir, nous avons cassé une vitre et avons pris des gilets de sauvetage mais comme il n'y en avait pas beaucoup, on se les volait entre nous", a raconté aux journaux italiens Antonietta Simboli de Latina, près de Rome.

Selon des passagers, les membres d'équipage, dont certains ne parlaient pas italien ou anglais, n'arrivaient pas à faire descendre les chaloupes.

Un Français, rescapé du naufrage, a annoncé qu'il allait porter plainte contre Costa Croisières, sur le site internet du quotidien français Sud Ouest.

"Nous avons été livrés à nous-mêmes, dans une désorganisation totale. Il y a eu une heure et demie avant qu'il y ait une véritable alerte (...) Le voyant lumineux de mon gilet ne fonctionnait pas", a déclaré Olivier Carrasco au journal.

Dans la panique, des dizaines de passagers se sont jetés à l'eau, et ont heurté des rochers, ce qui explique pourquoi sur la quarantaine de blessés, on recense beaucoup de bras ou de jambes cassés.

Les plus de 4.000 rescapés ont été transférés samedi du Giglio vers le port de Santo Stefano puis rapatriés pour la plupart vers leurs villes d'origine en Italie et à l'étranger.

© 2012 AFP

 L'auteur  hamady diop
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
 Les Commentaires sont desactivés.
 
hamady diop
Blog crée le 09/12/2011 Visité 830611 fois 575 Articles 119872 Commentaires 26 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
Dissonances,mélodies sociales et politiques mauritaniennes discussions aléatoires et libres fragments
arrestation du gordiguen Elhadj OULD samba
concorde hospitalisé en FRANCE dans un état grave
mort par arret cardiaque à boghé
un bébé né avec six coeurs